Quelles formations pour l’Afrique de demain : Sciences, Technologie, Ingénierie et Mathématiques (STIM) ?

Mise à jour le 2 mars 2020

Quelles formations pour l’Afrique de demain :

Sciences, Technologie, Ingénierie et Mathématiques (STIM) ?


La Conférence européenne sur les systèmes d’information est l’un des principaux rassemblements d’universitaires venus de la région EMEA. Cette 28e édition est consacrée aux innovations et à la recherche des systèmes d’information (SI) au regard des problématiques  économiques et sociales de ses régions émergentes. En juin prochain, c’est le continent africain qui sera hôte de l’événement alors interrogeons nous sur les enseignements d’avenir pour l’Afrique.



À l’aube d’une nouvelle décennie, les ressources s’amenuisent et les économies sont à bout de souffle. Le besoin de diversification des économies émergentes se fait sentir. Pour améliorer la productivité des entreprises et l’employabilité des travailleurs, les pays africains doivent se doter d’une réelle stratégie pour l’éducation et la formation tout au long de la vie pour un développement économique durable. La révolution technologique (4IR) apporte une réelle alternative de développement soutenable. Les demandes de compétences sur le marché du travail évoluent et s’orientent vers les sciences et nouvelles techniques d’informations et de communication. 

 

L’enseignement des STIM est un moteur de performance économique et cela est essentiel pour aider les économies en croissance à être compétitives sur le marché mondial, à créer des emplois et à améliorer la richesse : 80 % des emplois de la prochaine décennie exigeront des compétences en sciences et en mathématiques.


Pour une éducation professionnalisante : Les enseignements STIM 

Selon les Perspectives démographiques mondiales des Nations Unies, plus de 60 % de la population africaine a actuellement moins de 25 ans, soit 19 % de la population mondiale des 15-24 ans. Néanmoins, ses capacités d’enseignements en sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STIM) sont en retard sur le reste du monde.  Historiquement, l’Afrique a pris du retard par rapport aux autres régions du monde en matière de connaissances sur les STIM. En raison du manque d’infrastructures de base et essentielles, les ressources à allouer à l’enseignement des STIM ont été rares. De plus, l’accès à Internet reste un luxe dans de nombreuses régions par conséquent les capacités de développement technologique sont limitées. 
Au cours des dernières décennies, il est devenu évident que les STIM sont un facteur déterminant du développement économique et de la sécurité d’un pays. Les pays qui ont investi dans les STIM ont connu une notoriété mondiale.  En Inde, le nombre d’emplois dans les STIM augmente de façon exponentielle, dépassant le nombre de diplômés en  STIM sur le marché indien. 

Conscient des enjeux du rôle de l’éducation dans le développement du continent, l’Agenda 2063 de l’Union africaine affirme la volonté d’un continent où : « des citoyens bien éduqués et qualifiés, soutenus par la science, la technologie et l’innovation pour une société de la connaissance, sont la norme et où aucun enfant ne manque l’école à cause de la pauvreté… ». Dès lors, on remarque des initiatives encourageantes dans de nombreux pays.

Kenya

Une étude de 2018 a documenté les nouveaux emplois créés grâce à la numérisation au Kenya, notamment en réponse à la demande d’experts en technologie et développement le secteur porteur d’innovation. 

Rwanda

En 2019, l’Institut africain des sciences mathématiques de Kigali, au Rwanda, a lancé un programme de Master en intelligence automatique parrainé par Facebook et Google, qui forme ses étudiants sur l’apprentissage automatique et ses applications.

Sénégal

Au Sénégal, le groupe d’enseignement supérieur ISM a su s’adapter et faire de la révolution technologique une opportunité. Le groupe propose des Mastère en Big Data ainsi que des MBA en sciences, mathématiques, technologie appliquée et ingénierie des systèmes d’informations.

        Les Etats, le secteur privé et les établissements éducatifs doivent collaborer afin de proposer des programmes d’apprentissage et de formation pertinents. Malgré son retard par rapport aux autres régions dans le domaine des STIM, l’Afrique dispose d’un grand avantage pour transformer sa propre économie et celle du monde grâce à son potentiel démographique unique pour devenir un acteur de poids sur la scène internationale. 

 

Sources :

Banque Africaine de Développement – Perspectives économiques en Afrique 2020 Former la main d’œuvre africaine de demain, 2019

African Union Commission, OECD – Dynamiques du développement en Afrique : Croissance, emploi et inégalités, 2018

Banque Mondiale : https://www.banquemondiale.org/fr/region/afr/publication/improving-the-quality-and-quantity-of-scientific-research-in-africa

Franchise India : https://www.franchiseindia.com/education/importance-of-stem-education-in-the-indian-education-ecosystem.13029

World Economic Forum : https://www.weforum.org/agenda/2015/01/what-stem-can-do-for-africa/

A lire aussi

21 février 2024 Actualité du réseau

Madiou Simpara, Président de la CCI du Mali rencontre le Ministre de l’industrie et du commerce Moussa Alassane Diallo

20 février 2024 Actualité Monde

L’Afrique domine le classement des vingt pays à la croissance économique la plus forte au monde en 2024

Coopération économique : le Président de la CCI-BF reçu en audience par le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Régionale et des Burkinabè de l’extérieur