Louise Mushikiwabo élue Secrétaire générale de la Francophonie

Mise à jour le 15 octobre 2018

Louise Mushikiwabo élue

Secrétaire générale de la Francophonie



Louise Mushikiwabo a été élue par acclamation par les Chefs d’État et de gouvernement réunis au XVIIe Sommet de la Francophonie, à Erevan.


Ses priorités


 

Le rayonnement de la langue française

 La Francophonie, c’est avant toutes choses, le français, cette langue qui nous unit. Mais la Francophonie, c’est également le français dans sa cohabitation avec d’autres langues. En effet, beaucoup de pays membres de la Francophonie, à l’instar de mon pays le Rwanda, utilisent le français aux côtés d’autres langues. Pour certains, des langues nationales, pour d’autres, des langues d’opportunité, outils de développement économique et d’intégration régionale.

 En tant que Secrétaire générale de la Francophonie, je compte donner de l’importance au français, dans un monde de plus en plus multilingue, car le rayonnement de la langue, c’est également le rayonnement des valeurs qui y sont rattachées. Il y a beaucoup à faire pour redonner au français une visibilité sur la scène internationale. Il faut accroître les actions et les initiatives visant l’enseignement et l’usage du français pour en faire une langue largement parlée et que l’on est fier de pratiquer. Une langue utile, attractive et crédible sur le plan de l’éducation, des sciences, de la diplomatie, de la communication, des affaires, du droit et des réseaux sociaux. Je suis convaincue que nous pouvons réellement faire beaucoup mieux et beaucoup plus !

Le rayonnement de la langue, c’est aussi sa visibilité. Les pays francophones doivent être visibles et apporter une certaine différence par rapport aux questions mondiales et épineuses d’aujourd’hui. C’est également ce rayonnement du français qui va nous apporter cette pertinence dont nous avons besoin.

 La pertinence de la Francophonie

 L’Organisation Internationale de la Francophonie réunit plus de 80 pays, quand on compte tous les membres, qu’ils soient de plein droit, associés ou observateurs. Elle est aujourd’hui devenue l’institution internationale à vocation généraliste ayant le plus grand nombre de membres, après les Nations unies. Cet avantage comparatif ainsi que le mandat original de l’OIF, fondé sur une langue et des valeurs partagées, imposent à l’Organisation d’être à la fois présente, visible et écoutée. La Communauté internationale attend de la Francophonie, et de sa Secrétaire générale, qu’elle participe aux débats internationaux, qu’elle propose des solutions concrètes et adaptées, qu’elle mobilise ses réseaux et qu’elle agisse sur le terrain, de concert avec les bailleurs de fonds et les autres partenaires internationaux.

Au cours des entretiens que j’ai eus le plaisir d’avoir avec les autorités des pays francophones, plusieurs ont fortement insisté sur la nécessité de « refonder » l’Organisation, de la « redéfinir » et d’affirmer sa valeur ajoutée dans le paysage international. Il est ressorti de ces entretiens la nécessité, urgente, d’adapter l’Organisation à un monde qui va très vite, à un monde en pleine mutation. Cet objectif est réalisable, et ce, grâce à la collaboration de tous les Etats et les gouvernements membres, des responsables politiques et économiques ainsi que de la société civile. Je suis prête à m’engager à fédérer toutes ces énergies au bénéfice de l’Organisation et de ses ambitions.

Dans ce cadre, je conçois le rôle de Secrétaire général de la Francophonie à la fois comme celui de représentant des Etats et gouvernements, de porte-voix des ambitions francophones, de facilitateur, mais aussi de médiateur.

La Francophonie doit se réaliser en tant qu’Organisation bien définie, pertinente, jouant son rôle de catalyseur. Cela ne sera pas possible sans une bonne gouvernance et une transparence exemplaire. Venant du Rwanda où la question de bonne gouvernance a été au cœur du relèvement du pays et de sa marche vers la prospérité, c’est un thème qui me tient particulièrement à cœur. La gouvernance, aussi bien financière qu’administrative, est un élément fondamental dans cette recherche de pertinence. L’OIF se doit d’être une Organisation entièrement transparente et dédiée à la mise en œuvre de ce que les Etats et gouvernements attendent d’elle. Le Secrétariat général doit servir les Etats, et non le contraire. Ma vision est celle d’une Organisation au sein de laquelle il y a une interaction permanente et continue entre les membres et le Secrétariat général.

En ce qui concerne les questions politiques, les questions de démocratie, les questions des droits, d’importance citoyenne, je fonderai mon action sur deux axes majeurs. Je m’emploierai, tout d’abord, à renforcer le magistère d’influence et l’accompagnement des pays membres de l’OIF dans le domaine de la bonne gouvernance politique, économique, administrative, sociale et culturelle. En effet, la plupart des défis liés aux crises socio-politiques, à l’insécurité, aux conflits armés, au trafic illicite d’armes et d’êtres humains découlent principalement du déficit sur le plan de la bonne gouvernance. L’OIF peut, et doit, se tenir aux côtés de ses pays, parler à leurs dirigeants, leur donner l’occasion de s’exprimer, et tenir auprès d’eux un rôle de conseiller. Deuxièmement, je veillerai à maintenir et à consolider l’engagement des Etats et gouvernements membres. C’est un travail de longue haleine, mais c’est un objectif accessible.

De nos jours, plus de 70% du travail du Conseil de sécurité des Nations unies concerne l’Afrique. Compte tenu de la proportion de pays francophones sur le Continent, je pense que l’Organisation peut jouer un grand rôle, sur cette question, en engageant directement les responsables politiques, en utilisant les atouts, les amitiés et synergies qui existent au sein de notre grande famille francophone.

C’est dans cet esprit que je compte prendre le temps de rencontrer le personnel de l’Organisation, avec qui je souhaite développer et entretenir une relation de travail fondée sur le respect et le dialogue, dans une démarche d’amélioration continue.

C’est dans ce même état d’esprit de collaboration que je mobiliserai les opérateurs de la Francophonie – l’Agence universitaire de la Francophonie, TV5Monde, l’Association internationale des maires francophones et l’Université Senghor d’Alexandrie – ainsi que l’Assemblée parlementaire de la Francophonie et les deux conférences ministérielles permanentes. Avec eux, mon ambition est de consolider, dans les champs de compétence et d’expertise de chacun d’entre eux, les acquis de la Francophonie au niveau du multilatéralisme et de la gouvernance mondiale pour faire de notre Communauté un acteur majeur des relations internationales et un espace de coopération et de solidarité.

A travers cette quête de pertinence, je veillerai à dépasser les slogans pour renforcer les acquis de la Francophonie à travers des actions concrètes et réalistes dont le changement apporté devrait être mesurable et observable.

L’emploi des jeunes

Le thème de la jeunesse et de son plein emploi, est un thème qui me tient particulièrement à cœur. Dans mon pays, le Rwanda, plus de la moitié de la population, a aujourd’hui, moins de 25 ans. Nous avons une population extrêmement jeune, comme sur le reste du continent. La jeunesse, c’est l’avenir mais c’est surtout le présent. Et pour aller vers l’avenir sereinement, il faut bien s’inscrire dans le présent. Pour moi, « la Jeunesse, c’est l’avenir », ce n’est pas un slogan mais bien une réalité concrète à laquelle il faut prêter une attention particulière. Nous sommes dans l’obligation absolue de faire attention à notre jeunesse, de leur donner un sens d’appartenance, et c’est un souci partagé par de nombreux pays de l’espace francophone.

Aujourd’hui, il n’y a pas une seule Organisation, ni un seul pays au monde, qui peut prétendre régler toutes les questions liées à la jeunesse. L’Organisation internationale de la Francophonie peut, j’en suis convaincue, jouer un rôle clé sur cette question. L’Organisation, qui accomplit déjà énormément dans le domaine, peut apporter une contribution beaucoup plus visible et tangible à cette question de la jeunesse. En tant que Secrétaire générale, je compte utiliser mon carnet d’adresse, mes réseaux et mes relations de près de dix ans dans la diplomatie, pour mobiliser les Etats et gouvernements membres et solliciter leur soutien, à la fois politique, moral et financier. Investir dans notre jeunesse, c’est aussi favoriser l’impact positif que cela pourra avoir sur des questions très difficiles aujourd’hui, et qui sont communes à tous nos Etats membres : la question de l’appartenance et de l’emploi, la question de l’espoir pour les jeunes. Toutes ces problématiques sont liées aux questions difficiles des migrations, de la radicalisation. Un jeune qui réalise ses rêves et trouve sa place dans la société, est un jeune qui est armé contre les influences négatives de toutes sortes, contre l’endoctrinement, contre le désir d’exil.

C’est un travail difficile, mais nécessaire, et qui se fera main dans la main, entre le Secrétariat général, les Etats et gouvernements membres, et les autres organisations multilatérales, notamment par le renforcement des activités visant à faire de l’innovation technologique, l’accès des jeunes francophones aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, un outil pour la création d’emplois, de richesse et de lutte contre la pauvreté. Je m’engagerai également à accompagner tous les pays qui le souhaitent à renforcer leur politique en matière de formation professionnelle et technique, car la jeunesse francophone, pour être actrice de son développement, doit pouvoir disposer de formations de qualité.

La pertinence de la Francophonie

L’Organisation Internationale de la Francophonie dispose d’un avantage sans pareil dans le paysage international. Elle est présente sur les cinq continents. Chaque pays a son champ de compétences privilégié. Le niveau et la diversité d’expérience au sein de notre famille francophone est inouï ! Non seulement, nous ne partageons pas assez cette expérience, mais nous ne la connaissons pas assez. Quand l’on voit ce qui se fait déjà à l’échelle du continent africain, notamment entre le Rwanda et d’autres pays, en termes de reconstruction des pays, de contribution à la paix et à la sécurité, on prend la mesure de ce qu’il y a encore à faire à l’échelle mondiale.

 Cette question d’échange de bonnes pratiques et d’expérience sera au centre de mes priorités à la tête de l’OIF. Il faut impérativement mettre sur pied des systèmes d’échanges de cadres entre les pays, et ce dans tous les domaines. Dans les systèmes fiscaux, dans le domaine de la réconciliation nationale, dans la lutte contre la corruption, dans le développement des différentes industries, etc. C’est un champ ouvert !

L’espace francophone a cet immense potentiel de donner et de recevoir. La Francophonie doit être un outil au service de la coopération au développement, tel que l’avaient imaginé les quatre Pères fondateurs de la Francophonie. Cela sera rendu possible par la valorisation des actions visant à faire de la Francophonie, un espace économique attractif en termes d’accès aux financements et aux marchés, de transfert de technologie et de savoir-faire dont certains pays ont cruellement besoin pour se développer. Cette dynamique d’échanges aura un effet gagnant-gagnant, au profit des populations francophones.

 Après avoir contribué pendant plus de dix ans au développement de mon pays comme ministre, après avoir parcouru le monde et pris la mesure de la diversité et de la richesse de l’espace francophone, j’aspire à présent à mettre au service des Etats et gouvernements francophones, et de l’institution qui les réunit, mon expérience, mon dynamisme et mes idées. Je mettrai toute mon énergie pour faire de l’OIF, et plus largement de la Francophonie, un espace moderne, attractif et exemplaire, un espace de paix et de prospérité, une communauté solidaire et pleinement engagée pour relever, ensemble, les défis du 21e siècle. 

 
 


Le rôle de la Secrétaire générale

La Secrétaire générale assure un lien direct entre les instances et le dispositif opérationnel de la Francophonie. La Charte de la Francophonie la désigne comme la « clé de voûte du dispositif institutionnel de la Francophonie ». Elle est responsable du secrétariat des sessions des instances de la Francophonie, elle préside le Conseil permanent de la Francophonie (CPF) qu’elle réunit, et elle siège de droit à la Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF). La Secrétaire générale est élue pour quatre ans par les chefs d’État et de gouvernement. Son mandat peut être renouvelé.

La Secrétaire générale dirige l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dont elle est la représentante légale. Elle nomme l’Administrateur de l’OIF qui exerce ses fonctions par délégation. L’OIF est le pivot du système multilatéral francophone, associant le pouvoir d’initiative politique de la Secrétaire générale aux actions de coopération.

La Secrétaire générale conduit l’action politique de la Francophonie, dont elle est la porte-parole et la représentante officielle au niveau international. Dans le domaine de la coopération, elle est responsable de l’animation de la coopération multilatérale francophone et préside à ce titre le Conseil de coopération qui regroupe l’Administrateur de l’OIF et les responsables de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) et des opérateurs spécialisés (AUF, TV5, AIMF, Université Senghor). La Secrétaire générale est représentée dans les instances des opérateurs.

La Secrétaire générale propose la répartition du Fonds multilatéral unique et ordonne son affectation.

A lire aussi

21 février 2024 Actualité du réseau

Madiou Simpara, Président de la CCI du Mali rencontre le Ministre de l’industrie et du commerce Moussa Alassane Diallo

20 février 2024 Actualité Monde

L’Afrique domine le classement des vingt pays à la croissance économique la plus forte au monde en 2024

Coopération économique : le Président de la CCI-BF reçu en audience par le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Régionale et des Burkinabè de l’extérieur