Lancement du troisième appel à propositions du Fonds pour les Changements Climatiques en Afrique

Mise à jour le 25 juin 2021

Le Fonds africain pour le changement climatique (ACCF ou Fund) est un fonds fiduciaire multi-donateurs hébergé par la Banque africaine de développement pour améliorer la résilience des pays africains aux impacts négatifs du changement climatique et la transition vers un développement durable à faible émission de carbone. L’ACCF compte 5 donateurs, dont les gouvernements de l’Allemagne, des Flandres, de l’Italie, d’Affaires mondiales Canada et du Québec. Il a mobilisé environ 24,64 millions de dollars auprès de donateurs pour soutenir plus de 16 pays africains dans leurs activités de préparation au financement climatique et dans la mise en œuvre de projets d’adaptation à petite échelle.

Le troisième appel à propositions de l’ACCF se concentre sur l’égalité des genres et la résilience climatique . Le Fonds recherche des propositions innovantes et efficaces de transformation du genre pour remédier à l’accès inégal des femmes et des hommes aux ressources nécessaires pour atténuer et s’adapter au changement climatique, et pour traiter de manière adéquate et proportionnelle les façons dont les rôles de genre influencent la capacité des femmes et des hommes à atténuer et à s’adapter. au changement climatique.

Taille de la subvention et enveloppe de financement :  L’enveloppe financière disponible pour cet appel est de 6 millions de dollars US en subventions, et le Fonds recherche des projets et programmes allant de 250 000 à 1 000 000 de dollars US par projet.

Bénéficiaires éligibles : Cet appel à propositions est ouvert à tous les bénéficiaires éligibles des subventions de l’ACCF, y compris les gouvernements africains[1], les organisations régionales, les fonds africains, les organisations non gouvernementales (ONG) et les institutions de recherche[2], ainsi que les départements du Banque africaine de développement (BAD ou Banque). Les départements de la Banque peuvent soumettre des propositions directement[3] ou peuvent travailler avec des bénéficiaires externes éligibles pour les aider à préparer des propositions de haute qualité. Les propositions de consortiums sont autorisées, à condition que tous les membres du consortium soient des bénéficiaires éligibles.

Activités éligibles : les subventions ACCF peuvent être utilisées pour soutenir les activités suivantes, entre autres : honoraires de conseil ou d’experts, élaboration de propositions de projet, conception et développement de la théorie du changement, cadre logique, système de suivi et évaluation et plan d’apprentissage, formations, ateliers , consultations et participation à des réunions régionales et internationales, communications, sensibilisation, plaidoyer, services de traduction, frais d’équipement de bureau et de transport, et certains frais et honoraires administratifs.

Cofinancement : un financement de contrepartie d’au moins 5 % pour les bénéficiaires externes et de 10 % pour les départements de la BAD est fortement encouragé pour démontrer l’engagement et l’appropriation par le promoteur du projet.

  • Le passage d’une proposition à la phase d’évaluation du projet n’implique aucune garantie de financement, car l’autorité d’approuver les propositions appartient entièrement aux organes directeurs de l’ACCF (c’est-à-dire le Comité technique (qui examine et approuve les propositions jusqu’à 500 000 USD) et le Comité (qui examine et approuve les propositions supérieures à 500 000 USD et jusqu’à 1 million USD).

Informations importantes : consultez  la  foire aux questions  et la note d’orientation avant de commencer la demande.  


A lire aussi

21 février 2024 Actualité du réseau

Madiou Simpara, Président de la CCI du Mali rencontre le Ministre de l’industrie et du commerce Moussa Alassane Diallo

20 février 2024 Actualité Monde

L’Afrique domine le classement des vingt pays à la croissance économique la plus forte au monde en 2024

Coopération économique : le Président de la CCI-BF reçu en audience par le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Régionale et des Burkinabè de l’extérieur