Avis de concours : Master en Développement de l’Université Senghor – rentrée septembre 2019 (Alexandrie, Egypte)

Mise à jour le 5 février 2019

Avis de concours : Master en Développement de l’Université Senghor (Alexandrie, Egypte)

Alexandrie, Egypte

 

Dossier de candidature à remettre avant le 24 février 2019 (http://www.usenghor-francophonie.org/concours/).

 

Il y a un an de cela, la CPCCAF signait un partenariat avec CCI France et l’Université Senghor. L’Université Senghor, université internationale de langue française au service du développement africain, Opérateur de la Francophonie, lance le concours de recrutement de sa 17ème Promotion au Master en Développement à Alexandrie, Égypte. La CPCCAF, partenaire de l’Université Senghor, relaye l’information sur ses réseaux.

Le Master en Développement de l’Université Senghor démarre en septembre 2019. Il  est organisé à Alexandrie, Égypte. Ce Master de haut niveau comprend 8 spécialités : 

  • Département Culture Gestion du patrimoine culturel, Management des entreprises culturelles       
  • Département Management Gouvernance et management public, Management de projets
  • Département Environnement Gestion des aires protégées et de la biodiversité,  Gestion de l’environnement
  • Département Santé Nutrition internationale,  Santé publique internationale

et dont les enseignements sont assurés par des professeurs provenant des grandes universités européennes, canadiennes, africaines ainsi que de plusieurs institutions internationales.

Les modalités du concours sont disponibles à l’adresse : www.usenghor-francophonie.org

A lire aussi

21 février 2024 Actualité du réseau

Madiou Simpara, Président de la CCI du Mali rencontre le Ministre de l’industrie et du commerce Moussa Alassane Diallo

20 février 2024 Actualité Monde

L’Afrique domine le classement des vingt pays à la croissance économique la plus forte au monde en 2024

Coopération économique : le Président de la CCI-BF reçu en audience par le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Régionale et des Burkinabè de l’extérieur